Gestionnaire de signets

Ça fai­sait quelques temps que je réflé­chis­sais à la manière de par­ta­ger les liens qui m’in­té­ressent… Mon site en est rem­pli, depuis la par­tie prin­ci­pale jus­qu’au wiki… Mais voi­là, impos­sible de faire des recherches dedans, c’est vrai­ment mal fou­tu, pas de clas­se­ment, etc.

Je lou­chais avec envie du côté de deli­cious, mais le fait de mettre sur un ser­veur com­mun mes book­marks ne me plai­sait pas trop. Je cher­chais une solu­tion plus indé­pen­dante.

Et puis hier j’ai déci­dé de me prendre par la main, et de recher­cher pour de vrai si un pro­jet libre ne cor­res­pon­dait pas à mes attentes. Et je suis tom­bé sur scut­tle. Pas encore super com­plet, mais déjà très fonc­tion­nel, et encore main­te­nu, contrai­re­ment aux dixaines de pro­jets équi­va­lents que l’on trouve un peu par­tout à l’a­ban­don.

Bref, j’ai ins­tal­lé une ins­tance de scut­tle sur ce site, et j’es­père le nour­rir régu­liè­re­ment. Vous le trou­ve­rez à l’a­dresse sui­vante :

Pour info, « book­mark mana­ger » est un bon mot-clé pour cher­cher des moteurs de ce type.

Sos enfance partagée

Il y a main­te­nant près d’un an, je fai­sais part ici de la dan­ge­ro­si­té d’une asso­cia­tion aux posi­tions archaïques et agres­sives lors de sépa­ra­tions fami­liales.

Depuis, leur atti­tude n’a pas évo­lué dans un sens appré­ciable, comme en témoigne notam­ment les mul­tiples com­men­taires sur ce billet datant d’un an. Aus­si, avec plu­sieurs autres per­sonnes dont les posi­tions étaient proches de la mienne, nous avons déci­dé de mon­ter un col­lec­tif.

Le col­lec­tif se nomme donc sos enfance par­ta­gée, et son site inter­net http://sos-enfance-partagee.org com­mence dou­ce­ment à prendre forme. L’une de nos pre­mières reven­di­ca­tion concerne la garde alter­née, et le flou qui entoure la pre­mière loi à ce sujet. Si dans l’ab­so­lu nous ne sommes pas contre la garde alter­née, le manque de rigueur de cette loi nous alerte, car elle est déjà la rai­son de souf­france de nom­breux enfants, qui subissent ce choix sou­vent peu rai­son­né.

Si cette cause vous inté­resse, vous inter­pelle, n’hé­si­tez pas à vous joindre à nous pour favo­ri­ser une jus­tice res­pec­tueuse des enfants, les pre­miers à souf­frir de déci­sions qui les concernent au quo­ti­dien.

Enseigne (3)

Sur le che­min pour aller à la gare depuis chez moi, la vitrine d’une bou­tique aban­don­née attire tou­jours mon atten­tion. Jus­qu’à pré­sent, je n’a­vais jamais d’ap­pa­reil pho­to quand je pas­sais devant… Pas pos­sible de vous la faire par­ta­ger. Et puis la semaine der­nière, magie, un peu de temps et un appa­reil pho­to ont suf­fit. Voi­ci donc l’en­seigne la plus drôle de Cler­mont-Fer­rand.

Façade du magasin

Tout d’a­bord, vous note­rez l’as­pect déla­bré, déla­vé de la façade… Rien de bien ori­gi­nal pour un maga­sin aban­don­né. Mais appro­chons-nous un peu…

Zoom sur l’affiche

… et appré­ciez la publi­ci­té de la façade « rava­le­ment et pein­ture de façade ». Visi­ble­ment, c’est un peu raté comme pub.

Mais ce n’est pas ce qui m’a­muse le plus. Obser­vez la qua­li­té de la réclame « Encore une solu­tion ! » Il est évident que c’est à cause de ce slo­gan que le maga­sin a cou­lé. Com­ment peut-on van­ter les mérites de sa solu­tion en appuyant sur le fait qu’il en existe d’autres, et que celle-ci n’en est qu’une nou­velle ?

Voi­là, vous connais­sez main­te­nant mon diver­tis­se­ment le long du tra­jet pour prendre le train… :)

Billet qui se lève tôt

Bigre !

La France qui se lève tôt est en marche… arrière !

Bien mal­gré nous, et pour des rai­sons indé­pen­dantes de notre volon­té (voir ici, et ), nous avons fait par­tie de la France qui se lève tôt. C’é­tait l’oc­ca­sion rêvée pour nous d’al­ler s’ha­bi­tuer à cette vie mati­nale qui doit doré­na­vant deve­nir notre quo­ti­dien.

Après avoir pas­sé quelque temps à pla­ni­fier la jour­née avec soin, l’im­mer­sion com­mence par le mar­ché. La jour­née est déjà bien avan­cée, il est alors déjà 8h30 lorsque nous arri­vons aux pre­miers étals. Quelle n’est pas notre sur­prise de décou­vrir le mar­ché qua­si­ment vide ! Est-il déjà trop tard ? À y réflé­chir, cette hypo­thèse nous semble impro­bable sachant qu’il faut tra­vailler plus !

Nous sup­po­sons alors que c’est plu­tôt une consé­quence des nou­velles habi­tudes des clients : Ceux-ci devant se lever tôt et tra­vailler dur, ils ne peuvent plus venir flâ­ner devant les étals. C’est donc avec quelques inquié­tudes que nous nous sommes deman­dés si l’ar­rêt de mort des mar­chés n’a­vait pas été signé.

Nous avons conti­nué notre immer­sion dans cette nou­velle vie vers l’é­pi­ce­rie asia­tique du coin sur le coup des 9 heures. Mal­heu­reu­se­ment à cette heure-ci le Bui-Bui était fer­mé. Cela ne nous étonne que peu.

Cette bou­tique étant tenue par des jeunes ils ont du pas­ser toute la nuit au BBox, ils ne se sont pro­ba­ble­ment pas encore mis à ce nou­veau mode de vie de dur labeur…

Devant tant de dif­fi­cul­tées – les nou­velles pré­ro­ga­tives n’é­tant mani­fes­te­ment pas encore au goût du jour – nous déci­dons d’al­ler attendre un peu à la ter­rasse d’un bis­trot, pro­fi­ter de ce soleil fur­tif qui tra­verse une période bien capri­cieuse. Et là c’est le drame ! toutes les ter­rasses qui se prètent à notre vue sont fer­mées, déci­dé­ment c’est géné­ra­li­sé.

Nous ne nous décou­ra­geons pas pour autant et déci­dons d’al­ler tra­vailler. En effet il ne suf­fit pas de se lever tôt, mais il faut éga­le­ment bos­ser dur ! Nous finis­sons donc par échouer au Bureau et com­men­çons à tra­vailler cet article.

Photo de l’équipe au bureau

Mora­li­té : la France qui se lève tôt est une France bour­rée…

de talent.

Ce billet, co-écrit avec Don­na et Bren­don, est éga­le­ment dis­po­nible sur leurs blogs res­pec­tifs.

Passage à wordpress

Depuis le début de ce blog, j’u­ti­li­sais dot­clear, la pre­mière ver­sion du nom. J’é­tais assez satis­fait, je l’a­vais modi­fié sur de nom­breux points pour qu’il cor­res­ponde à ce que je vou­lais en faire…

Mais voi­là, sur cer­tains points il ne me conve­nait pas. Ce qui m’a fait défi­ni­ti­ve­ment envie d’en chan­ger, c’est la manière dont le déve­lop­pe­ment de la ver­sion 2 de dot­clear a été gérée. Le déve­lop­pe­ment à code fer­mé, sans suivre les sug­ges­tions des uti­li­sa­teurs, très proche de l’es­prit mozilla foun­da­tion, ne m’a vrai­ment pas plut.

Aus­si je passe aujourd’­hui à word­press… Je ne sais pas encore si vos aggré­ga­teurs s’en sor­ti­ront, j’es­père réus­sir à faire les redi­rec­tions htac­cess qu’il faut… On ver­ra si ça marche.

Ayant refait le thème du blog pour word­press, je le met en ligne, comme l’é­tait la ver­sion dot­clear. Vous la trou­ve­rez ici : jmtrivial.tbz2

Festival du film engagé

L’é­té approche, on le sent. Les fes­ti­vals et autres ani­ma­tions cler­mon­toises com­mencent à fleu­rir. Après les arts en balade hier, un nou­vel évé­ne­ment : du 16 au 20 mai 2007, le Fes­ti­val du film enga­gé, orga­ni­sé par l’Uni­ver­si­té popu­laire et citoyenne du Puy-de-Dôme. Le pro­gramme semble assez divers, et les films suf­fi­sam­ment rare­ment pro­je­tés pour que ce soit inté­res­sant.

Liberté, Égalité, Fraternité

Liber­té
« les four­nis­seurs d’ac­cès à Inter­net […] conservent toutes les traces des inter­nautes et des abon­nés au mobile » (Le Monde, 20 avril 2007)
Après la mul­ti­pli­ca­tion des camé­ras de sur­veillance dans les com­munes aux muni­ci­pa­li­tés UMP et FN, l’ar­ri­vée des pas­se­ports élec­tro­niques, on nous pro­met un inter­net sym­pa­thique.

Éga­li­té
«  la pos­si­bi­li­té de tra­vailler plus pour gagner plus » (Pro­gramme pré­si­den­tiel 2007 de Nico­las Sar­ko­zy)
Quand il n’y a déjà pas assez de tra­vail pour toute la popu­la­tion, il n’est pas très éga­li­taire d’au­to­ri­ser ceux qui ont déjà un tra­vail à pou­voir tra­vailler encore plus.

Fra­ter­ni­té
« racailles », chô­meurs « ne [refusent pas] plus de deux offres d’emploi suc­ces­sives qui cor­res­pondent à [leur] for­ma­tion », etc.
Frag­men­ter la popu­la­tion et la dres­ser les uns contre les autres, quel bel exemple de fra­ter­ni­té…

« La France, tu l’aimes ou tu la quittes », a dit notre futur pré­sident ? Vu le peu de cas qu’il fait des valeurs fon­da­trices de notre démo­cra­tie, on peut consi­dé­rer qu’il doit lui aus­si nous quit­ter, non ? Ou alors ce n’est pas un homme de parole…

Bergen, Norvège

Je suis un peu assom­mé par le résul­tat – certes atten­du – de l’é­lec­tion pré­si­den­tielle, aus­si je pré­fère écrire un billet sur un autre sujet… La semaine der­nière, j’é­tais accueilli dans un labo­ra­toire de recherche avec lequel j’ai com­men­cé à tra­vailler, à Ber­gen, en Nor­vège.

Alors qu’il avait plut sans inter­rup­tion pen­dant 80 jours, j’ai eu la chance énorme d’ar­ri­ver au moment où le soleil fai­sait son appa­ri­tion majes­tueuse. Je vous laisse appré­cier les pho­tos :