Billet qui se lève tôt

Bigre !

La France qui se lève tôt est en marche… arrière !

Bien mal­gré nous, et pour des rai­sons indé­pen­dantes de notre volon­té (voir ici, et ), nous avons fait par­tie de la France qui se lève tôt. C’é­tait l’oc­ca­sion rêvée pour nous d’al­ler s’ha­bi­tuer à cette vie mati­nale qui doit doré­na­vant deve­nir notre quo­ti­dien.

Après avoir pas­sé quelque temps à pla­ni­fier la jour­née avec soin, l’im­mer­sion com­mence par le mar­ché. La jour­née est déjà bien avan­cée, il est alors déjà 8h30 lorsque nous arri­vons aux pre­miers étals. Quelle n’est pas notre sur­prise de décou­vrir le mar­ché qua­si­ment vide ! Est-il déjà trop tard ? À y réflé­chir, cette hypo­thèse nous semble impro­bable sachant qu’il faut tra­vailler plus !

Nous sup­po­sons alors que c’est plu­tôt une consé­quence des nou­velles habi­tudes des clients : Ceux-ci devant se lever tôt et tra­vailler dur, ils ne peuvent plus venir flâ­ner devant les étals. C’est donc avec quelques inquié­tudes que nous nous sommes deman­dés si l’ar­rêt de mort des mar­chés n’a­vait pas été signé.

Nous avons conti­nué notre immer­sion dans cette nou­velle vie vers l’é­pi­ce­rie asia­tique du coin sur le coup des 9 heures. Mal­heu­reu­se­ment à cette heure-ci le Bui-Bui était fer­mé. Cela ne nous étonne que peu.

Cette bou­tique étant tenue par des jeunes ils ont du pas­ser toute la nuit au BBox, ils ne se sont pro­ba­ble­ment pas encore mis à ce nou­veau mode de vie de dur labeur…

Devant tant de dif­fi­cul­tées – les nou­velles pré­ro­ga­tives n’é­tant mani­fes­te­ment pas encore au goût du jour – nous déci­dons d’al­ler attendre un peu à la ter­rasse d’un bis­trot, pro­fi­ter de ce soleil fur­tif qui tra­verse une période bien capri­cieuse. Et là c’est le drame ! toutes les ter­rasses qui se prètent à notre vue sont fer­mées, déci­dé­ment c’est géné­ra­li­sé.

Nous ne nous décou­ra­geons pas pour autant et déci­dons d’al­ler tra­vailler. En effet il ne suf­fit pas de se lever tôt, mais il faut éga­le­ment bos­ser dur ! Nous finis­sons donc par échouer au Bureau et com­men­çons à tra­vailler cet article.

Photo de l’équipe au bureau

Mora­li­té : la France qui se lève tôt est une France bour­rée…

de talent.

Ce billet, co-écrit avec Don­na et Bren­don, est éga­le­ment dis­po­nible sur leurs blogs res­pec­tifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.