Les médecins et le végétarisme

Quand on est végé­ta­rien, et que l’on a aus­si fait ce choix pour ses enfants, il arrive que l’on ren­contre des méde­cins peu infor­més qui ne com­prennent pas ce choix, voire qui deviennent agres­sifs. Il n’est alors pas tou­jours très facile de se faire croire, même si l’on a pas­sé beau­coup de temps à se ren­sei­gner sur la dié­té­tique, les carences diverses, les sources de pro­téines, de fer ou de B12.

Le mois der­nier, j’ai eu l’oc­ca­sion de prendre contact avec Jérôme Ber­nard-Pel­let, un méde­cin géné­ra­liste végé­ta­lien. Ce der­nier m’a conseillé un docu­ment qui fait réfé­rence dans le domaine médi­cal, une revue des publi­ca­tions liées à l’a­li­men­ta­tion végé­ta­rienne, et publiée dans le jour­nal de l’A­me­ri­can Die­te­tic Asso­cia­tion en juin 2003, « revue qui fait par­tie des 120 revues médi­cales consi­dé­rées comme étant les plus poin­tues dans le monde ». Le docu­ment ori­gi­nal est en anglais, mais il m’a gen­tille­ment trans­mis une tra­duc­tion en fran­çais, qu’il conseille de trans­mettre à tout méde­cin scep­tique sur les ques­tions de végé­ta­risme.

C’est avec son accord que je dif­fuse ici ce docu­ment :

Un de plus…

Je n’ai jamais voté blanc jus­qu’à pré­sent. Cepen­dant je viens d’a­jou­ter à la liste des hommes poli­tiques pour qui je ne vote­rais pas même s’il y avait en face un des popu­listes de la scène poli­tique fran­çaise. L’ex­cellent article « Bor­loo signe un chèque en bois de 2 mil­liards » du Canard enchaî­né de cette semaine a fini de me convaincre. On peut en effet y lire que notre cher ministre de l’emploi, du tra­vail et de la cohé­sion sociale, tou­jours plus fort dans les pro­messes, a enga­gé son minis­tère pour un mon­tant de 2 mil­liards dans les actions de l’Agence natio­nale pour la réno­va­tion urbaine, en sachant per­ti­nem­ment qu’il n’au­rait pas besoin de trou­ver une telle somme avant les élec­tions. Le canard signale pour­tant que devant l’é­nor­mi­té de la dette il a ten­té d’en faire endos­ser le prix aux col­lec­ti­vi­tés locales. Défi­ni­ti­ve­ment, ce gou­ver­ne­ment touche vrai­ment le fond, conti­nuant à enga­ger l’É­tat sur des frais impos­sibles tout en bais­sant les impôts natio­naux.

L’é­chéance des élec­tions n’ar­range défi­ni­ti­ve­ment pas leur atti­tude mépri­sable.

Pénombre

La semaine der­nière j’é­tais à l’ENS à Ker Lann à l’oc­ca­sion des 10 ans du dépar­te­ment de mathé­ma­tiques. C’é­tait l’oc­ca­sion de ren­con­trer un peu de monde, de papo­ter. Je vou­lais en par­ti­cu­lier y croi­ser un ami, en cours de créa­tion d’en­tre­prise de ser­vices en logi­ciels libres. je savais qu’il était doc­teur en mathé­ma­tiques, mais je me deman­dais pour quelle rai­son il était aux 10 ans à Ker Lann. C’est en voyant son badge que j’ai com­pris : il était là pour pré­sen­ter l’as­so­cia­tion Pénombre.

Conti­nuer la lec­ture de Pénombre

Vous avez dit démocratie ?

Un sys­tème démo­cra­tique est un sys­tème où le peuple détient la sou­ve­rai­ne­té. Dans la plu­part des sys­tèmes poli­tiques dits démo­cra­tiques en fonc­tion­ne­ment, une par­tie du peuple élit régu­liè­re­ment ses repré­sen­tants et diri­geants. En France, on uti­lise lors des élec­tions pré­si­den­tielles un sys­tème de vote à deux tours, défi­nit par les articles 6, 7 et 58 de la consti­tu­tion fran­çaise. La plu­part de nos com­pa­triotes sont convain­cus que ce sys­tème est démo­cra­tique, et donc que même si l’on n’est pas d’ac­cord avec le fonc­tion­ne­ment de l’É­tat, alors il suf­fit d’ex­pri­mer ce que l’on pense lors de l’é­lec­tion. Notre voix serait alors enten­du comme celle des autres, et le choix du plus grand nombre serait rete­nu.

Cepen­dant, le résul­tat des élec­tions est très for­te­ment condi­tion­né par le mode de scru­tin. Il est facile de se rendre compte que le sys­tème que l’on uti­lise n’est pas démo­cra­tique : il faut voter utile plu­tôt que selon ce qu’on pense pour avoir une chance de voir des gens pas trop loin de notre posi­tion être élus. Dès lors qu’on ne peut pas voter selon ce que l’on pense, mais que l’on doit voter en fonc­tion du sys­tème de vote, alors il y a un pro­blème. Cepen­dant, beau­coup ont l’im­pres­sion qu’il n’y a pas d’autre manière de voter que la notre, et que le bipar­tisme crois­sant est natu­rel, qu’il faut s’y plier.

Or c’est pro­fon­dé­ment inexact. Dès le 18e siècle, un mathé­ma­ti­cien, le mar­quis de Condor­cet a défi­nit une méthode qui per­met de déter­mi­ner si le résul­tat d’une élec­tion est le plus proche de ce que pensent les votants ou non. Cette méthode s’ap­pelle la méthode de Condor­cet.

Cepen­dant, comme son nom l’in­dique, ce cri­tère n’est qu’un cri­tère. Il faut donc décrire des sys­tème de vote, puis les pas­ser aux cribles du cri­tère de Condor­cet pour déter­mi­ner s’il est vrai­ment démo­cra­tique ou non. Il est facile de véri­fier que sur de nom­breux exemples, le sys­tème de vote que nous uti­li­sons en France n’est pas démo­cra­tique. D’autres sys­tèmes de vote ont dont été éla­bo­rés. On peut par exemple citer le vote par appro­ba­tion, facile à mettre en place, fonc­tion­nant en un seul tour, et offrant une réponse de bien meilleure qua­li­té que notre tra­di­tion­nel sys­tème.

Il est étrange de pen­ser que notre classe diri­geante n’ai pas cher­ché à modi­fier le sys­tème d’é­lec­tion : après tout, plus il y aura de démo­cra­tie, mieux le pays avan­ce­ra. Cepen­dant, il est assez évident que pour les deux par­tis majo­ri­taires l’in­té­rêt d’un sys­tème de vote vrai­ment démo­cra­tique ne leur serait pas béné­fique : ils per­draient l’as­su­rance d’être élus envi­ron une fois sur deux. Cette simple consta­ta­tion per­met de dire que nous ne sommes pas vrai­ment dans un sys­tème démo­cra­tique, et qu’il sera cer­tai­ne­ment impos­sible de l’at­teindre un jour. Pour­tant, le simple fait de chan­ger le sys­tème d’é­lec­tion assu­re­rait que nos diri­geants soient plus proches de nos posi­tions.

Pour aller un peu plus loin dans le sens d’un sys­tème réel­le­ment démo­cra­tique, c’est-à-dire dans un sys­tème où les déci­sions seraient prises en fonc­tion de la posi­tion de la majo­ri­té des élec­teurs, un pro­jet poli­tique, pour l’ins­tant expé­ri­men­tal, offre quelques pistes inté­res­santes :

Foie gras

Ne vous êtes-vous jamais deman­dé pour­quoi de plus en plus de pays inter­di­saient la pro­duc­tion et la vente de foie gras ? On pour­rait se dire qu’ils cherchent à boy­cot­ter des pro­duits fran­çais, l’un des prin­ci­paux pays pro­duc­teurs. Mais étran­ge­ment, ils ne le font pas avec le cham­pagne, un autre pro­duit dit « de luxe » pro­duit dans nos régions.

Peut-être que ces pays ont pris conscience de ça :

Ce film est récent et pré­sente rapi­de­ment com­ment on élève des canards dans l’op­tique de pro­duire du foie gras… Heu­reu­se­ment ici, il s’a­git d’un foie gras « de qua­li­té », sélec­tion­né par une entre­prise sérieuse…

Vous avez des doutes sur la vali­di­té de la pré­cé­dente vidéo, vous n’êtes pas convain­cus ? Décou­vrez l’Enquête au pays du foie gras.

Il est tel­le­ment facile d’é­vi­ter la souf­france, pour­quoi s’en pri­ver ? Bonnes fêtes de fin d’an­née !

Clipart SVG libre

Ce week-end j’ai fait le tour des images SVG que j’a­vais créé et qui pou­vaient ser­vir à d’autres. J’a­vais dans l’i­dée de les ajou­ter à une librai­rie d’i­mages libres, pour qu’elles servent à d’autres. J’aime bien uti­li­ser la licence GPL pour ce genre d’i­mages. Le seul site que je connaisse qui pro­pose d’hé­ber­ger ce type d’i­mages pour en faire une grande banque d’i­mages est http://openclipart.org/. Mal­heu­reu­se­ment en regar­dant com­ment ce site fonc­tion­nait pour y uploa­der mes images, je me suis ren­du compte qu’il impo­sait que les images soient mis dans le domaine public.

Or la licence qui me plaît est la GPL (ou la licence Art-Libre). Bref, au final je n’ai pas trou­vé de site qui me convienne, et j’ai com­men­cé une gale­rie direc­te­ment sur ce site :

Si vous connais­sez un pro­jet équi­valent à open­cli­part, mais qui per­met de choi­sir sa licence, dites-le ici ! :)

Sabourin sur Wikipédia

Depuis quelques temps avec Bap­tiste, nous tra­vaillons sur l’ar­ticle de wiki­pé­dia consa­cré à l’hô­pi­tal-sana­to­rium Sabou­rin dont j’a­vais par­lé dans quelques billets pré­cé­dents. Cet article com­mence main­te­nant à prendre une forme ency­clo­pé­dique, et nous sommes assez contents du tra­vail effec­tué. Bap­tiste a fait un excellent bou­lot de biblio­gra­phie, il s’est ren­du aux archives dépar­te­men­tales, a com­pi­lé toutes les infor­ma­tions dont nous dis­po­sions. Nous avons cha­cun ajou­té à l’ar­ticle des pho­tos per­son­nelles. C’é­tait pour moi la pre­mière contri­bu­tion gran­deur nature à wiki­pé­dia, car jus­qu’à pré­sent je n’a­vais jamais créé un article com­plet depuis rien.

Wiki­pé­dia est un pro­jet for­mi­dable, rejoi­gnez-nous dans l’a­ven­ture !

Le tram est arrivé à Clermont !

Après plu­sieurs années d’at­tente et de tra­vaux, après une inau­gu­ra­tion en grande pompe en octobre, et fina­le­ment un report de mise en ser­vice suite à quelques sou­cis tech­niques, enfin le tram­way est en ser­vice à Cler­mont-Fer­rand !

Conti­nuer la lec­ture de Le tram est arri­vé à Cler­mont !

Le blog du jour

Je suis abon­né, grâce à un lec­teur de flux RSS à de nom­breux sites et blogs sur le net. De plus en plus d’entre nous fai­sons ça, c’est vrai­ment très pra­tique pour se tenir infor­mé des choses qui nous inté­ressent.

Par­mi les blogs que je lis, il y a plu­sieurs blogs de des­si­na­teurs, plus ou moins connus. J’aime beau­coup avoir cette impres­sion de suivre leurs avan­cées au quo­ti­dien. Aujourd’­hui lar­ce­net (oui, le vrai, le seul, l’u­nique) vient de nous offrir en avant-pre­mière sur son blog la pre­mière ver­sion de la cou­ver­ture de son pro­chain album.

Je trouve ça génial. Mer­ci Manu !

Flyers Culture Libre

Il existe de plus en plus de flyers, tracts et docu­men­ta­tion au sujet des logi­ciels libres, des licences libres, et autres joyeu­se­tés infor­ma­tiques. Mais on trouve très peu de maté­riel d’in­for­ma­tion au sujet de la culture libre en géné­ral. L’as­so­cia­tion Libre-Atti­tude que nous avons créé cette année a pour voca­tion la pro­mo­tion de la culture libre. C’est donc natu­rel­le­ment que Linux-Nantes, cher­chant de tels sup­ports, s’est tour­né vers nous.

Avec Sca­ra[1] nous avons donc com­men­cé à tra­vailler sur une série de flyers. Voi­ci les pre­mières réa­li­sa­tions, qui seront uti­li­sées same­di à Nantes :

Natu­rel­le­ment, elles sont sous licence libre (la GPL pour être pré­cis), n’hé­si­tez donc pas à les modi­fier, amé­lio­rer, redis­tri­buer, etc. :)

Notes

[1] qui n’a pas de site à elle qu’on puisse mettre en lien, bouuuuh

Utopiales 2007

Je regrette encore une fois de ne pas être à Nantes en novembre, comme chaque année… Car comme chaque année, du 2 au 5 novembre se déroulent les Uto­piales : un fes­ti­val de science-fic­tion à la qua­li­té, avec cette année une pro­gram­ma­tion encore une fois géniale :

  • Invi­té d’hon­neur : Kim Stan­ley Robin­son, l’au­teur de la tri­lo­gie mar­tienne, l’un de mes romans de science-fic­tion favo­ris ;
  • Une édi­tion net­te­ment mar­quée par la science-fic­tion sovié­tique, dont je raf­fole (kitsch au pos­sible, avec une réponse à l’a­mé­ri­ca­nisme enva­his­sant de notre science-fic­tion)
  • et cer­tai­ne­ment des actions de Linux-Nantes, qui rate rare­ment l’oc­ca­sion de croi­ser science-fic­tion et infor­ma­tique.

Bref, si vous n’êtes pas loin, courrez‑y !

Fonds d’écran debian

Depuis que j’u­ti­lise un ordi­na­teur, j’ai tou­jours fait mes fonds d’é­crans. La plu­part d’entre eux sont dis­po­nibles sur mon site :

Ces der­niers temps, je m’at­tache à réa­li­ser des fonds d’é­crans spé­ci­fiques à debian, sous licence libre, pour que tout le monde puisse en pro­fi­ter :

Si vous avez des sug­ges­tions de cou­leurs, de formes, d’i­dées… N’hé­si­tez pas à m’en faire part. Mer­ci d’a­vance !

Bracketing

Aujourd’­hui, en me bala­dant sur linux­fr, j’ai décou­vert quelque chose de vrai­ment inté­res­sant : le bra­cke­ting. Il s’a­git d’une tech­nique en pho­to­gra­phie per­met­tant d’ob­te­nir un ren­du d’ex­cel­lente qua­li­té en com­bi­nant plu­sieurs pho­tos du même sujet prises à des sen­si­bi­li­tés dif­fé­rentes.

Conti­nuer la lec­ture de Bra­cke­ting

PPALAUC

Cet après-midi, j’a­vais une réunion avec des gens de mon ancien labo­ra­toire au CHU, ain­si qu’a­vec des repré­sen­tants d’un labo­ra­toire de phy­sique cler­mon­tois. Nous étions en train de par­ler de sti­mu­la­tion pro­fonde du cer­veau lorsque j’ai remar­qué quelque chose accro­ché à la poche de che­mise d’un des par­ti­ci­pants phy­si­ciens. Une petite pince à linge en bois, avec une jolie coc­ci­nelle rouge et noire col­lée des­sus.

Incroyable ! Ce digne phy­si­cien, recon­nu par ses pairs, et ayant de hautes res­pon­sa­bi­li­tés dans son labo­ra­toire, serait-il membre du col­lec­tif PPALAUC ? PPALAUC pour « Por­teurs de pinces à linge avec une coc­ci­nelle » (voir le site web).

De la liberté des licences CC

Je lis de plus en plus de com­men­taires de gens qui conci­dèrent que les licences Crea­tive Com­mons sont libres. Au delà du pro­blème de confu­sion (il n’y a pas UNE licence CC, mais un panel de licences, depuis la CC-by-nc-nd jus­qu’à la CC-by-sa), de plus en plus de per­sonnes (1, 2) appellent libres des licences avec une clause Non-com­mer­cial ou No Deri­va­tives… On a l’im­pres­sion de reve­nir 20 ans en arrière !

Conti­nuer la lec­ture de De la liber­té des licences CC

Biaujardin

Depuis quelques temps je m’in­té­resse aux modes de consom­ma­tion. J’ai eu l’oc­ca­sion d’en dis­cu­ter avec de nom­breuses per­sonnes (sur vege­web, avec des amis ren­nais, ou encore avec des auver­gnats proches des cou­rants décrois­sants). Il me semble main­te­nant évident que nous devons favo­ri­ser les pro­duc­teurs locaux (pour entre­te­nir un tis­su varié, pour mini­mi­ser la consom­ma­tion de car­bu­rants, pour pou­voir contac­ter sim­ple­ment ces pro­duc­teurs, etc). Ain­si, les super­mar­chés ne sont pas une solu­tion ration­nelle à la consom­ma­tion rai­son­née. J’ai donc cher­ché près de chez moi s’il n’y avait pas d’AMAP (Asso­cia­tion pour le main­tein d’une agri­cul­ture pay­sanne).

La struc­ture que j’ai trou­vé n’est pas une AMAP, il s’a­git du Biau­jar­din, enga­gé en ce moment dans une démarche de trans­for­ma­tion en SCIC (Socié­té Coopé­ra­tive d’Intérêt Col­lec­tif). Elle aide à la réin­ser­tion des chô­meurs en leur pro­po­sant un tra­vail au sein d’un jar­din de culture bio.

Et cet après-midi, je viens de rece­voir mon pre­mier panier, qui com­porte plein de bonnes choses… Ça me sim­pli­fie la vie (pas de courses à faire pour les légumes), ça fait décou­vrir de nou­veaux légumes, per­met de consom­mer des pro­duits de sai­son, pro­duits bio­lo­gi­que­ment, et pour un coût vrai­ment très abor­dable.

Un vrai bon­heur !

Peut-on encore se rendre sereinement aux États-Unis ?

Il sem­ble­rait que non. Le flou artis­tique qui règne au sujet des don­nées per­son­nelles trans­mises aux auto­ri­tés éta­su­niennes est, quelques mois après l’o­bli­ga­tion de dis­po­ser d’un pas­se­port bio­mé­trique, une nou­velle atteinte à la vie pri­vée et une entrave à la liber­té indi­vi­duelle :

Pen­dant ce temps, le fameux pas­se­port bio­mé­trique s’illustre déjà par son manque de fia­bi­li­té :

Et quand bien même serait-il fiable, quid des bases de don­nées ?

ps : oui, c’est cer­tai­ne­ment parce que j’ai été contraint d’ac­cep­ter une carte à puce pour mon abon­ne­ment men­suel de trans­port en com­mun que je l’ai mau­vaise… Jus­qu’où ira-t-on pour plus de « sécu­ri­té » et « confort de vie » ?