RMLL 2007

La semaine der­nière j’ai par­ti­ci­pé aux Ren­contres Mon­diales du Logi­ciel Libre à Amiens. Je décou­vrais à la fois la ville et l’é­vè­ne­ment. Mal­gré une sinu­site assez cara­bi­née, j’ai aidé autant que pos­sible Valé­rie-Emma Leroux et Fré­dé­ric Leho­bey à la coor­di­na­tion du thème « Sciences, recherche, méde­cine. »

img_8988.JPG

C’é­tait assez intense, nous avons eu un peu le temps de dis­cu­ter, mais peu d’al­ler voir les autres thèmes. J’ai tout de même eu l’oc­ca­sion d’as­sis­ter à un bout de la confé­rence d’A­lan Cox (Intro­duc­tion à SMP), de celle Samuel Hoce­var (le pro­jet Debian), ou encore une confé­rence sur l’ac­ces­si­bi­li­té (Acces­si­bi­li­té web — Fon­de­ments et pra­tique).

Le soir était l’oc­ca­sion de tis­ser des liens, notam­ment aux noc­turnes. Outre quelques amis ren­nais, cler­mon­tois et nan­tais, j’ai eu l’oc­ca­sion de ren­con­trer pas mal de per­sonnes très inté­res­santes. Plu­sieurs pro­jets ou col­la­bo­ra­tions ont été ini­tiées, tous aus­si inté­res­sants les uns que les autres, que j’es­père avoir l’oc­ca­sion de mener à bien. Le der­nier soir, nous avons assis­té au concert des Petites Bou­rettes, un groupe qui rap­pelle par cer­taines sono­ri­tés les mau­vaises langues. Le gui­ta­riste était vrai­ment excellent, je ne regrette pas du tout d’y être allé.

Cepen­dant, si l’en­semble de cet évè­ne­ment a été pour moi riche sur de nom­breux points, j’at­ten­drais pro­ba­ble­ment plu­sieurs années avant d’y par­ti­ci­per de nou­veau.

Vous trou­ve­rez en sui­vant le lien sui­vant les rares pho­tos que j’ai eu l’oc­ca­sion de prendre.

2 thoughts on “RMLL 2007”

  1. Jus­qu’à pré­sent, mes acti­vi­tés asso­cia­tives étaient essen­tiel­le­ment tour­nées vers le local. J’y appré­cie ce qu’on y fait. C’est un tra­vail de fond, peu recon­nu sou­vent, mais que j’aime : c’est un peu être l’ou­vrier de l’as­so­cia­tif. Pas de gros bud­get, pas .
    J’ai trou­vé assez inté­res­sant les RMLL, mais ça confirme ce que je pen­sais : l’im­pli­ca­tion à un niveau natio­nal (voire inter­na­tio­nal) des acti­vi­tés asso­cia­tives est pour moi très déce­vant : j’ai la sen­sa­tion qu’on perd trop d’éner­gie, d’argent, d’en­ga­ge­ment humain pour un résul­tat pas énorme. Je suis aus­si assez déçu de l’éner­gie consu­mée par les rela­tions humaines com­plexes. Je trouve qu’à un niveau local c’est moins pesant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.