En touriste à Genova

Mal­gré la pluie qui vient rendre visite à la ville chaque week-end, j’ai réus­si à pas­ser entre les gouttes pour cap­tu­rer quelques images de cette ville, et com­men­cer à la arpen­ter. Alors bien sûr, je n’ai pas eu le temps d’al­ler par­tout, la ville fai­sant bien 30 km de long. Je n’ai pas non plus sor­ti l’ap­pa­reil pho­to à chaque fois que je trou­vais quelque chose d’in­té­res­sant, sinon je ne l’au­rais pas lâché de la jour­née.

Pour cette pre­mière visite, vous ver­rez donc quelques gouttes de la ville, un poin­tillé de détails, depuis les quar­tiers récents (quelques siècles) jus­qu’au vieux centre his­to­rique, où la lumière manque tel­le­ment qu’on ne peut guère prendre de pho­tos.

Panorama de Genova

Sui­vez donc le guide : Geno­va, pre­mière visite.

7 thoughts on “En touriste à Genova”

  1. Mer­ci pour la visite.
    Ça fait vrai­ment grosse ville, avec beau­coup de contraste. En tout cas le quar­tier de ton bureau fait pas envie ;-)
    Sinon, les petites ruelles ont l’air sym­pa. Mais tu as oublié le prin­ci­pal : l’a­li­men­ta­tion. Qu’est-ce qu’on trouve de spé­cial à se mettre sous la dent par là-bas ?

  2. Et bien au delà des pâtes au pes­to, mon­dia­le­ment connues, qui sont une spé­cia­li­té de la ville, on trouve éga­le­ment la focac­cia, un genre de pain plat où l’huile d’o­live est très pré­sente dans la com­po­si­tion, ou encore un grand nombre de tartes (plus proches des quiches d’ailleurs par l’as­pect) aux légumes (arti­chauds, hari­cots verts, épi­nards).

    Bref, un végé­ta­rien peut y vivre sans sou­ci :)

  3. Ça a l’air plu­tôt sym­pa, t’as vu sur la mer depuis ton bureau ?
    Et est-ce que tu t’es mis à l’i­ta­lien ? Tu parles avec les mains ;-)?

  4. Ah oui ça m’in­té­resse aus­si de savoir en com­bien de temps tu va être capable de te débrouiller en ita­lien.

    Sinon il est grand ton appart ? :) (je pré­pare mon futur voyage :p)

    M.

  5. Joss > j’ai vue sur le port et la ville depuis mon bureau actuel. Et dès que je chan­ge­rai de bureau (ce qui ne devrait pas tar­der), j’au­rai vue sur le port et la mer. Tran­quille :)

    Joss, Kol­ter > pour l’ins­tant, je com­mence à com­prendre quelques bouts d’i­ta­lien, je sais à peu près com­man­der quelque chose le midi pour man­ger, dire mer­ci, bon­jour, ce genre de choses. Je crois que je vais ache­ter une méthode d’ap­pren­tis­sage de l’i­ta­lien, car juste comme ça, avec un dico et un peu de bonne volon­té, ce n’est pas suf­fi­sant, l’an­glais ou le fran­çais arrivent vite pour rem­pla­cer les mots hési­tants.

    Kol­ter > mon appar­te­ment actuel est rela­ti­ve­ment grand, je suis en col­loc. Mais dès le mois de décembre, je serai dans une col­lo­ca­tion plus petite en super­fi­cie, mais avec plus de monde. Ceci dit, je pour­rai accueillir du monde sans sou­ci (si j’ar­rive à récu­pé­rer la plus grande chambre, ce que je suis en train de négo­cier).

  6. Si je le pou­vais, je vien­drais volon­tiers te rendre visite. Mais ma vie tré­pi­dente du moment (et qui se pro­lon­ge­ra sûre­ment en croi­sant les doigts) ne me per­met de quit­ter notre belle capi­tale. J’es­père au moins que tu auras quelques pen­sées en dégus­tant tes pâtes au pes­to !

  7. Julie > pro­fite de ta vie tré­pi­dente, on aura l’oc­ca­sion de se voir autre part :) Je pen­se­rai à toi devant mon assiette de pâtes au pes­to, c’est enten­du !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.