Vies de blog

J’ai com­men­cé ce blog en 2005. Le temps passe vite, et quand j’ai écrit les pre­miers mots, je crois que je ne pen­sais pas sérieu­se­ment que j’al­lais conti­nuer à écrire ici. La période faste des blogs a un peu vécu, notam­ment avec l’ar­ri­vée de pla­te­formes sociales telles que face­book ou twit­ter. Je pense qu’on s’ins­talle main­te­nant dans un fonc­tion­ne­ment de croi­sière, avec des blogs aux objec­tifs assez clairs : il y a les blogs vitrine, que ce soit pour une entre­prise (ex : Blog SEO de l’a­gence web), ou pour un pro­fes­sion­nel qui veut y mon­trer son savoir-faire, son exper­tise, ses réflexions (ex : blog ensei­gnant des maths, escri­bouille, Marc Che­val­don­né), il y a les blogs qui tendent vers le jour­na­lisme (ex : Olympe et le pla­fond de verre, la voix des sans papiers, Blog di Beppe Grillo), les blogs d’as­so­cia­tions, qui traitent de leur actua­li­té (ex : la griffe), les blogs qui sont plus des essais, des expé­riences artis­tiques (ex : les car­nets de Colette, la bande pas des­si­née), des témoi­gnages (ex : Appe­lez-moi Maître, 1 300 mil­lions de chi­nois et moi… récit d’un post-doc en Chine), les blogs d’ac­tua­li­té locale (ex : Gazette seren­di­pi­ties), etc. Main­te­nant que la défer­lante des débuts est un peu pas­sée, on constate que l’ou­til tech­nique qu’est le blog a trou­vé sa place : il est bien deve­nu un outil qui faci­lite la publi­ca­tion et l’ap­pro­pria­tion de l’es­pace public du web, même pour ceux que la tech­nique rebute. Il a élar­git le public capable de pro­po­ser du conte­nu. Même s’il a offert un moyen d’ex­pres­sion ori­gi­nal, j’ai la sen­sa­tion que cette révo­lu­tion est main­te­nant plu­tôt consom­mée, et que l’in­croyable délire des débuts s’est assa­git. Rares sont les gens qui main­tiennent en vie un blog pour le plai­sir d’a­voir un blog, il est main­te­nant plus le vec­teur que l’ob­jec­tif.

Fort de cette réflexion, je me demande depuis quelques temps où se situe le blog que vous lisez en ce moment. Il n’est ni jour­na­lis­tique, ni le sup­port à des essais artis­tiques, ce n’est pas le blog d’un pro­fes­sion­nel qui traite de son domaine d’ex­per­tise. Il y a quelques années, les gens qui venaient com­men­ter sur les billets étaient sou­vent des incon­nus. Aujourd’­hui, il s’a­git prin­ci­pa­le­ment des membres de ma famille, des amis proches, éloi­gnés géo­gra­phi­que­ment, ou encore ren­con­trés ici et là. Et fina­le­ment, je crois que ce blog, c’est ça : un moyen d’é­crire une lettre ouverte à des proches, pour leur faire décou­vrir des choses qui m’in­té­ressent, des choses qui font ma vie, en leur lais­sant la pos­si­bi­li­té d’é­chan­ger sur ces ques­tions, grâce aux com­men­taires ouverts en des­sous de chaque lettre. Ça n’in­ter­dit pas bien sûr les occa­sion­nels visi­teurs qui se seraient per­dus par ici à inter­ve­nir, mais j’ai le sen­ti­ment que ce n’est pas la majo­ri­té des lec­teurs.

Et à la réflexion, puisque la lec­ture de tels blogs est assez confi­den­tielle, je me demande si leur exis­tence n’est pas plus impor­tante que ne le laissent croire les moteurs de recherches géné­ra­listes ou spé­cia­li­sés. Car n’ayant pas de ligne édi­to­riale figée, n’ayant pas une défer­lante de liens entrants et sor­tants, ils ne sont pas très visibles. Est-ce que vous connais­sez d’autres blogs qui ont ce pro­fil ?

Pour finir sur ces réflexions, je poste ici une image qui décrit l’é­vo­lu­tion du nombre de billets par mois sur ce blog : une ligne verte par année, d’au­tant plus pâle qu’elle est ancienne, et une ten­ta­tive de syn­thèse, pour voir quels sont les mois les plus féconds : j’ai cal­cu­lé pour chaque mois ma d’une année a le ratio rma, a défi­ni comme le nombre de posts de ce mois sur le nombre de posts de cette année. Ça donne une idée de l’im­por­tance de ce mois dans l’an­née cor­res­pon­dante. Puis j’ai fait la moyenne pour cha­cun des 12 mois de l’an­née de ces ratios, ce qui donne une idée de l’im­por­tance de ce mois en géné­ral. Pour finir, j’ai mul­ti­plié ça par le nombre moyen de posts par an, afin de rame­ner ça dans le dia­gramme : c’est la courbe orange (cli­quez sur l’i­mage pour agran­dir) :

Il semble donc que le mois de juillet et l’au­tomne soient les périodes où je poste le plus. À noter cepen­dant que cette année, je n’ai rien écrit entre février et juin, ce qui bou­le­verse un peu les stats. Je vais essayer de faire le néces­saire pour que ça ne se repro­duise plus !

Edit : la fin de ce billet peut être vue comme la suite d’un ancien billet, inti­tu­lé sta­tis­tiques de blog.

One thought on “Vies de blog”

  1. Salut JM !
    J’a­jou­te­rai que la notion de blog a gar­dé son aspect huma­niste, il y a quelque der­rière le site, comme on ren­con­tre­rai ou l’on dis­cu­te­rai avec quel­qu’un, le blog est un moyen de suivre un humain à tra­vers son actua­li­té (blog jour­na­lis­tique), son métier (blog pro) etc …
    Là où les sites géné­raux perdent leurs sens est jus­te­ment l’as­pect pure qui empêche toute oppo­si­tion, dis­cus­sion ou autre, bref ici on subit l’in­for­ma­tion sans y pou­voir mettre son grain de sel.
    La com­mu­ni­ca­tion est res­tau­rée dans le blog. Pour­quoi les réseaux sociaux n’au­ront pas la mort des blogs, car tout sim­ple­ment il y a un objec­tif d’être lu comme on lirait un maga­sine et non un jour­nal intime.

    Voi­là quelques réflexions d’un cer­veau fati­gué par le pre­mier de l’an et qui pleur­niche devant ses copies de 3eme!!
    Porte-toi bien ! Meilleurs vœux pour cette année.
    Ami­tié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.