Un wiki au quotidien

Depuis décembre 2005, c’est-à-dire qua­si­ment depuis le début de mon pré-doc à l’ERIM, j’u­ti­lise au quo­ti­dien un wiki pour consi­gner et struc­tu­rer mes dif­fé­rentes acti­vi­tés pro­fes­sion­nelles.

Les débuts étaient un peu chao­tiques, mais j’ai pris une bonne vitesse de croi­sière. Ain­si, je décris chaque jour en quelques lignes mon acti­vi­té, qui consti­tue la trame de ma pro­gres­sion au quo­ti­dien, un peu à la manière d’un blog. Puis j’ai petit à petit créé une nébu­leuse de pages, reliées les unes entre les autres pour faci­li­ter la navi­ga­tion, et struc­tu­rées par grandes caté­go­ries (recherches biblio­gra­phiques, rédac­tion d’ar­ticles, réflexions sur les concepts en cours d’é­la­bo­ra­tion, etc.).

Cette manière de fonc­tion­ner a de mul­tiples inté­rêts :

  • Dis­po­ser d’un aide-mémoire com­plet, struc­tu­ré, non linéaire (car inter­con­nec­té), et inter­ro­geable à l’aide d’une fonc­tion de recherche depuis n’im­porte où sur inter­net (voir en local après avoir fait une copie) ;
  • Poser et struc­tu­rer en un même endroit les tâches à faire, les réunions à venir, leurs comptes-ren­dus ;
  • Per­mettre le tra­vail col­la­bo­ra­tif, notam­ment lors de la rédac­tion d’un article ;
  • Faci­li­ter gran­de­ment l’in­te­rac­tion entre le doc­to­rant et le direc­teur de thèse. En effet, ce der­nier peut suivre quo­ti­dien­ne­ment les avan­cées, et les réunions deviennent très effi­caces, car on évite de faire le tour des choses déjà écrites.
  • Rendre acces­sible (en uti­li­sant un sys­tème de contrôle d’ac­cès) une par­tie des don­nées sui­vant le type de visi­teur.

J’ai déjà eu l’oc­ca­sion de pré­sen­ter à plu­sieurs doc­to­rants cet outil, et déjà deux d’entre eux ont adop­té un sys­tème simi­laire pour struc­tu­rer leurs tra­vaux.

Lorsque j’ai démar­ré, j’a­vais choi­si d’u­ti­li­ser wiki­ni, car c’é­tait le moteur de wiki que je connais­sais le mieux. Cepen­dant après quelques années d’u­ti­li­sa­tion, alors que j’a­vais envie de lui ajou­ter de nou­velles fonc­tion­na­li­tés, j’ai consta­té ce que je savais déjà : cet outil n’é­tait plus déve­lop­pé acti­ve­ment. J’ai donc déci­dé de migré mon wiki de tra­vail sur doku­wi­ki.

Après une recherche rapide sur inter­net, j’ai décou­vert avec amu­se­ment que Gul­li­ver, le GULL ren­nais était en train de faire le même type de migra­tion, et avait entre­pris de réa­li­ser un outil de migra­tion. J’ai alors pro­fi­té du fait qu’ils l’a­vaient pla­cé sous licence libre pour l’a­dap­ter à mes besoins, puis j’ai envoyé au main­te­neur mes contri­bu­tions, qu’il a inté­gré (voir le dépôt de l’ou­til de migra­tion ; encore mer­ci aux gens de Gul­li­ver qui ont tra­vaillé sur ce script).

J’ai ensuite réa­li­sé un thème adap­té à mes envies, puis créé un petit module de gri­se­ment de texte.

Voi­ci donc un lien vers mon wiki de thèse, qui devien­dra cer­tai­ne­ment le wiki de mes tra­vaux uni­ver­si­taires.

7 thoughts on “Un wiki au quotidien”

  1. C’est grâce à toi que j’ai décou­vert cet outil. Je trouve le prin­cipe très inté­res­sant. Si un jour je deviens ensei­gnante je pense que je le pro­po­se­rai à mes col­lègues pour avoir une base de don­nées com­mune. Il y a tel­le­ment de pos­si­bi­li­tés et ça peut abou­tir à un véri­table tra­vail col­la­bo­ra­tif.

  2. Le concept du wiki me plait. Mais je n’ai encore trou­vé le moteur de wiki idéal, c’est à dire un outil simple à uti­li­ser pour le com­mun des mor­tels. Le but d’un wiki est gros­so-modo d’être modi­fiable par tout le monde, et pas la poi­gnée de geeks – kami­kazes qui ont eu le cou­rage de se plon­ger dans la docu­men­ta­tion de la syn­taxe wiki. Un bon édi­teur wysiwym, dans ces moteurs, c’est pour quand ?
    Une inter­face de base ergo­no­mique, épu­rée (et jolie, au pas­sage), ça serait pas de refus.

    Bref, j’a­vais l’âme à trol­ler ce soir, puis en fait non, il est deux heures du matin et j’ai du Zend Fra­me­work qui m’at­tend de pied ferme demain.

    Bap­tiste

  3. Ah et je hais aus­si les moteurs de blogs qui ne per­mettent pas l’é­di­tion des com­men­taires après publi­ca­tion, qui rap­pellent aux étour­dis comme moi qu’il faut se relire avant d’en­voyer, sous peine de lais­ser d’im­mondes fautes / coquilles / répé­ti­tions / oublis. La vie est cruelle.

  4. Sarah > Je pense aus­si que c’est vrai­ment inté­res­sant, pas mal de labo­ra­toires com­mencent à uti­li­ser ce type d’ou­tils pour un tra­vail col­la­bo­ra­tif, pour cen­tra­li­ser de la docu­men­ta­tion, des docu­ments admi­nis­tra­tifs, etc.

    Syl­vain > En tout cas sans le tra­vail de Gul­li­ver, je n’au­rais sans doute pas réus­si à migrer aus­si faci­le­ment. Vrai­ment génial :)

    Bap­tiste > La plu­part des outils de wiki intègrent un édi­teur WYSIWYG, géné­ra­le­ment fonc­tion­nant en javas­cript. Il per­met de faci­li­ter l’ac­cès de ces outils au plus grand nombre. Cepen­dant, c’est tou­jours le truc que je désac­tive en pre­mier quand je me créé un compte sur ce genre de site, car je trouve que ça ne faci­lite pas la com­pré­hen­sion exacte de ce que l’on fait.

  5. voi­là pour­quoi j’ai pré­ci­sé un BON édi­teur wysiwym :) Je ne parle pas d’un champ texte innon­dé de bou­tons aux icones icom­pré­hen­sibles… Va voir la page d’aide à l’u­ti­li­sa­tion de la barre d’é­di­tion de Wiki­pé­dia, c’est assez drôle. Pour insé­rer un lien vers une image, on clique sur une icone repré­sen­tant un cor de chasse ! C’est le genre d’a­bé­ra­tion qui me donne envie d’hur­ler « Kamou­lox ».

  6. Je pen­sais plus à un TinyMCE bien confi­gu­ré (on peut sup­pri­mer des bou­tons pour aller à l’es­sen­tiel), ou un de ses concur­rents directs. Il per­met aux non geeks d’u­ti­li­ser l’é­di­teur, et sur les moteurs de qua­li­té (comme dru­pal par exemple), on peut choi­sir dans ses pré­fé­rences (ou à l’é­di­tion) une inter­face avec syn­taxe wiki plus clas­sique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.