Cycles de sommeil

J’aime dor­mir. Même si comme beau­coup j’ai du mal à me déci­der à aller me cou­cher, c’est un moment que j’ap­pré­cie. Je ne suis pas de ceux qui font des nuits de 4 heures, mais je suis plu­tôt dans la caté­go­rie bon dor­meur. J’aime aus­si les siestes, que je pra­tique par­fois en ren­trant du tra­vail avant de com­men­cer mes acti­vi­tés asso­cia­tives (ou ma seconde jour­née de thèse). Depuis long­temps, j’a­vais remar­qué que des siestes de 20 minutes ou de 2 heures étaient répa­ra­trices, mais qu’entre les deux, c’é­tait sou­vent plus usant qu’autre chose.

Alors j’ai com­men­cé à me docu­men­ter sur les méca­nismes du som­meil. En par­cou­rant par exemple l’ar­ticle de wiki­pé­dia consa­cré au som­meil, j’ai eu la confir­ma­tion qu’un cycle com­plet de som­meil dure entre 1h30 et 2 heures, ce qui conforte l’i­dée d’une sieste de 2 heures. De la même manière, on constate que la période des phases de som­no­lence et de som­meil léger peuvent durer 20 minutes. Quand on fait une sieste, l’im­por­tant est donc ne ne pas se réveiller au moment d’une phase de som­meil pro­fond.

Et puis, en regar­dant ces courbes de som­meil, en lisant des choses sur l’é­tude du som­meil, j’ai eu envie d’en apprendre plus sur mes propres cycles de som­meil, pour pour­quoi pas ajus­ter les durées de nuit et de sieste. Mal­heu­reu­se­ment, je n’ai pas d’ap­pa­reillage dédié. En conti­nuant à lire des infor­ma­tions au sujet du som­meil, j’ai décou­vert qu’à la fin de chaque cycle, nous vivions une courte période de réveil dont on ne se sou­vient plus en géné­ral le matin. J’ai donc déci­dé d’es­sayer de l’ex­ploi­ter.

Ain­si, depuis quelques nuits main­te­nant, je me force, dès que je me réveille, à noter l’heure de réveil. Au début, je pen­sais que ça n’al­lait jamais arri­ver. Et pour l’ins­tant, dans deux tiers des nuits, j’ai pu noter plu­sieurs heures de réveil, sans consta­ter de fatigue par­ti­cu­lière au matin.

J’ai ten­té de les ana­ly­ser sta­tis­ti­que­ment pour en extraire des durées de cycle, voire des période de som­meil léger. Pour l’ins­tant, ce n’est pas très signi­fi­ca­tif, mais dans quelques temps, j’es­père pou­voir vous faire part de mes ana­lyses, qui me per­met­tront peut-être d’op­ti­mi­ser mon som­meil pour évi­ter les réveils en milieu de cycle, et gagner du temps le matin par exemple.

20 thoughts on “Cycles de sommeil”

  1. Ouh là, ca fait bien long­temps que nous n’a­vons pas dis­cu­té, mais tu es tou­jours dans mon lec­tur de flux RSS. Tes recherches m’in­té­ressent par­ti­cu­liè­re­ment, car j’ai un rythme de som­meil très per­tur­bé cet an-ci. J’a­vais com­men­cé à me docu­men­ter sur la ques­tion, jus­te­ment pour être moins fati­guée, puisque je le suis, même en dor­mant beau­coup, et même beau­coup trop. Et j’a­vais vu que Natures et Décou­vertes (…) fai­sait un réveil, avec bra­ce­let que tu attaches au poi­gnet pour opti­mi­ser tes cycles de som­meil. Je crois que l’i­dée était qu’il te réveille dans une cer­taine tranche horaire, une foi ton cycle ter­mi­né. Bon évi­dem­ment, même si ca marche, il ne faut pas avoir un train à prendre… Je me vois mal aller l’a­che­ter vu le prix dudit réveil, qui n’est sans doute qu’un gad­get, alors j’at­tend tes idées… j’ai besoin d’a­voir la forme, j’ai un concours à pas­ser (je tente le concours du bar­reau à la fin de l’an­née sco­laire en fait). Bref, après tout ce bla­bla­bla, j’es­père que tu vas bien, et que tout se passe bien pour toi ! Bises !

  2. je dors beau­coup et j’ai les mêmes impres­sions quant aux rythmes de som­meil.

    je suis par­tant pour ten­ter l’ex­pé­rience éga­le­ment :)

  3. Sté­pha­nie > je suis content de te relire, j’es­père que nous trou­ve­rons un peu de temps pour dis­cu­ter ces temps pro­chains, mal­gré nos emplois du temps bien char­gés. Au sujet du bra­ce­let, je ne connais­sais pas, et effec­ti­ve­ment ça semble inté­res­sant. Peut-être peut-on ajou­ter à ce dis­po­si­tif un réveil clas­sique, quand on a un train à prendre.
    Le bra­ce­let que tu évoques est sans doute celui décrit dans le docu­ment à cette adresse :
    http://imagesnew.cdiscount.com/ImagesCNET/06/f/CP_AXBO_final.pdf
    D’a­près ce qui en est dit ici, il se base sur les mou­ve­ments pour nous réveiller au moment du som­meil léger ou de la som­no­lence. Une approche inté­res­sante. Par contre, le som­meil para­doxal peut être pour cer­tains très agi­té, ça pour­rait alors être plus gênant qu’autre chose…
    Pour être hon­nête, pour l’ins­tant j’ai du mal à trou­ver des régu­la­ri­tés dans mes périodes de som­meil consta­tées, c’est pour­quoi je n’ai pas encore publié de sta­tis­tiques. Comme sou­vent en phy­sique, peut-être que le simple fait de cher­cher à les obser­ver les per­turbe. De plus, tous les réveils ne sont sans doute pas notés, donc il faut éli­mi­ner les longues périodes, ou esti­mer la com­bi­nai­son de cycles qu’ils repré­sentent. Pas simple.
    Arno > j’ai com­men­cé à écrire un script python qui ana­lyse mon fichier de som­meil. Si tu veux par la suite l’u­ti­li­ser, voi­ci le for­mat de ce fichier :

    • chaque ligne cor­res­pond à une ses­sion de som­meil (nuit ou sieste) ;
    • chaque ligne com­mence par une date au for­mat aaaamm­jj ;
    • à la suite de la date, tous les champs sont sépa­rés par un espace ;
    • chaque champ est une heure de réveil au for­mat (h)h:mm, éven­tuel­le­ment pré­fixé d’un « x » s’il y a eu réveil for­cé.

    Ça per­met de regrou­per toutes les infor­ma­tions dont on a besoin…

  4. jm > ouaip, pas de pb pour l’u­ti­li­ser !

    J’ai tes­té cette nuit. Effec­ti­ve­ment, je me suis réveillé à deux reprises (et ren­dor­mis ins­tan­ta­né­ment) mais le pro­blème c’est que sur une feuille A4 j’ai écrit les deux heures de réveil … exac­te­ment au même endroit .…… :p

  5. le pro­blème c’est pas la taille. c’est de ne pas écrire au même endroit et lisi­ble­ment

    humm … sinon peut-être le résul­tat peut-il être meilleur avec un dic­ta­phone ?

  6. Pour qu’il y ait moins de chances que ça se che­vauche, il faut que la taille du texte soit petite pro­por­tion­nel­le­ment à la taille du sup­port. C’est pour ça que je par­lais d’un grand tableau. J’y écris assez petit, et du coup pour l’ins­tant ça s’est bien pas­sé.
    Le dic­ta­phone est une bonne idée. S’il y avait un élec­tro­ni­cien dans la salle qui avait une idée de cir­cuit facile à construire qui enre­gistre l’heure cou­rante à chaque pres­sion d’un bou­ton, ça serait le luxe comme sys­tème :)

  7. L’ex­pé­rience me paraît inté­res­sante, en effet,
    je vais essayer car je me réveil sou­vent et mon réflexe est de regar­der l’heure. Il reste plus qu’à l’é­crire :)
    Par contre, dans ton fichier, tu ne tiens pas compte de l’heure du cou­cher ?

  8. Ah oui exact, j’a­vais oublié, mer­ci Biby. La pre­mière heure indi­quée après la date est l’heure du cou­cher…

  9. « S’il y avait un élec­tro­ni­cien dans la salle qui avait une idée de cir­cuit facile à construire qui enre­gistre l’heure cou­rante à chaque pres­sion d’un bou­ton, ça serait le luxe comme sys­tème :) »

    Hé hé :)

    Vive le XXIème siècle :-)

  10. « S’il y avait un élec­tro­ni­cien dans la salle qui avait une idée de cir­cuit facile à construire qui enre­gistre l’heure cou­rante à chaque pres­sion d’un bou­ton, ça serait le luxe comme sys­tème :) »

    Prend une pho­to avec un appa­reil numé­rique. Tu as l’heure dedans. Et en plus ta tronche si tu t’y prends bien. :-)

    Sinon, amu­sant tes expé­riences. Mais fais gaffe quand même. Moi, si je me réveille, je suis fou­tu ! ;-)

    Ami­ca­le­ment,
    d.

  11. J’ai aus­si remar­qué que les siestes de 20 min sont assez béné­fiques mais il ne faut pas plus. En géné­ral, pour évi­ter de som­brer dans un som­meil plus pro­fond, je mets la radio pas très fort pen­dant la durée de la sieste. Ça per­met de me réveiller au bout de 20 min ce qui doit cor­res­pondre à une pre­mière phase d’é­veil, j’i­ma­gine.

    Sinon, je crois qu’il existe des phases de micro som­meils (genre 3–4 minutes) qui sont uti­li­sés par les marins en régate quand ils n’ont pas le temps de dor­mir…
    C’est peut-être à exploi­ter…

  12. Pour moi, le som­meil est sacre, et je ne compte pas faire des reveils forces comme vous tous.
    Vous etes cou­ra­geux.
    Apres, l’autre ques­tion est de savoir si on est du matin ou du soir (c’est vrai, prouve scien­ti­fi­que­ment) et trou­ver son rythme de reveil sur 24 heures !
    Il est 8h41, cela fait envi­ron qua­rante minutes que je suis reveillee, et ca me va :)

  13. Excellent ! ^_^
    Bon, après avoir dis­cu­té avec plu­sieurs per­sonnes qui font du trai­te­ment du signal, il semble qu’il faille pas mal de don­nées avant d’en tirer quelque chose.
    Là, je com­mence à en avoir un petit paquet, nor­ma­le­ment dans une semaine je vous donne les pre­miers résul­tats (en ver­sion alpha) illus­trés par des dia­grammes et autres esti­ma­tions de durée de cycle :)

  14. Je viens de lire tout ça et les com­men­taires…
    Moi qui ai des gros sou­cis de ren­dor­mis­se­ment après mes « petits » réveils de nuit, je ne vais pas vous aider… Mais je vien­drai voir où vous en êtes ren­dus dans vos recherches de temps en temps…

  15. Mais com­ment vous faites pour vous ren­dor­mir après avoir noté votre heure de réveil ?!?
    Moi si j’ai le mal­heur d’en­trou­vrir ne serait-ce qu’un oeil, je me ren­dors pas avant un bon bout de temps !
    Alors oui, si quel­qu’un invente l’en­re­gis­treur d’ho­raire grâce à un simple clic, je veux bien par­ti­ci­per à vos recherches, mais sinon, c’est non !

  16. En fait, j’ai la convic­tion qu’il existe plu­sieurs types de som­meil la nuit. Les réveils courts (de l’ordre de quelques minutes), qu’on oublie dès qu’on se ren­dort, et les réveils un peu plus long, où on a du mal à se ren­dor­mir. J’i­ma­gine que les réveils courts peuvent se trans­for­mer en som­meils longs chez cer­tains, si on émerge trop.
    Ce qu’on essaye d’ex­ploi­ter ici, ce sont pré­ci­sé­ment les réveils courts. :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.