Rouler au GPL

station service Quand j’é­tais ado­les­cent, j’é­tais convain­cu de l’in­té­rêt des véhi­cules per­son­nels à court terme, mais déjà ma convic­tion était que la seule manière viable de se dépla­cer à long terme pour l’es­pèce humaine était de miser sur les trans­ports en com­muns, tout en mini­mi­sant les besoins de trans­ports. Pour l’a­do­les­cent que j’é­tais, pos­sé­der un véhi­cule per­son­nel consis­tait à accep­ter l’i­dée que l’in­di­vi­dua­lisme était plus impor­tant que le simple bon sens éco­lo­gique, éco­no­mique, et de vie en socié­té.

J’ai tenu bon jus­qu’à mes 30 ans en évi­tant de m’é­qui­per d’un véhi­cule per­son­nel. J’en étais heu­reux, même si de plus en plus sou­vent, j’empruntais les véhi­cules des amis. Il m’ar­ri­vait aus­si d’en louer, car tout cita­din que j’é­tais , il arri­vait que les contraintes de la vie l’im­posent.

Ado­les­cent, je m’é­tais juré que si j’op­tais pour un véhi­cule, il fau­drait qu’il soit GPL. C’é­tait à l’é­poque la moto­ri­sa­tion qui sem­blait la moins pol­luante, et donc la plus rai­son­nable. En gran­dis­sant, j’ai pro­gres­si­ve­ment revu mon juge­ment sur ce car­bu­rant, car c’en est un comme les autres, que l’on doit extraire, que l’on doit raf­fi­ner, véhi­cu­ler, qui souffre aus­si d’un manque de dif­fu­sion…

Et puis récem­ment, les besoins ont été plus forts que les convic­tions, et nous avons fini par nous équi­per d’une voi­ture. Et bien je dois dire que mal­gré la décep­tion de ne pas avoir réus­si à résis­ter assez long­temps au besoin de voi­ture, l’i­dée d’a­voir concré­ti­sé une déci­sion prise il y a plus de 10 ans me plaît bien. Nous rou­lons main­te­nant au GPL, ce qui se révèle assez éco­nome grâce aux faibles taxes, pour un confort de conduite com­pa­rable aux autres car­bu­rants, et avec l’é­norme avan­tage d’a­voir deux réser­voirs, donc net­te­ment plus d’au­to­no­mie qu’a­vec un car­bu­rant unique.

Et vous, com­ment rou­lez-vous ?