Second tour : un choix délicat

Lors des élec­tions pré­si­den­tielles de 2002, nous devions choi­sir de voter pour l’ex­trême droite ou la droite dite « clas­sique ». Nous nous étions tous moti­vés pour voter pour la démo­cra­tie, qui avec un gant, qui avec une pince à linge. Puis nous nous étions juré que plus jamais ça n’ar­ri­ve­rait.

5 années ont pas­sé. Et nous voi­là de nou­veau devant un nou­veau choix. Si l’on se fiait à la culture des par­tis de cha­cun des can­di­dats, on pour­rait dire qu’on a affaire cette fois-ci à un vote clas­sique gauche-droite. Mais entre temps, la per­son­na­li­té de Nico­las Sar­ko­zy, sou­te­nu par ses amis a net­te­ment inflé­chit le débat poli­tique. On note par exemple que plus de la moi­tié du pro­gramme de 2002 de Jean-Marie Le Pen a été repris par Nico­las Sar­ko­zy dans son pro­gramme de 2007. De la même manière, Ségo­lène Royal a net­te­ment orien­té son pro­gramme du côté sécu­ri­taire et répres­sif.

Aus­si, j’ai la sen­sa­tion d’être aujourd’­hui devant un choix assez simi­laire à celui de 2002 : faire bar­rage à un can­di­dat de la droite dure, en votant pour une can­di­date de centre droit, ou choi­sir de voter blanc pour mon­trer à quel point ce sys­tème de scru­tin n’est pas pour moi démo­cra­tique (voir un pré­cé­dent billet sur la démo­cra­tie). Car après tout, on ne peut attendre de posi­tif d’au­cun de ces deux can­di­dats…

J’ai assez vite éli­mi­né aus­si la solu­tion de voter pour Nico­las Sar­ko­zy. Ce choix n’est cepen­dant pas com­plè­te­ment irré­flé­chi. En effet, si je trouve hon­teux et anti-démo­cra­tique le dis­cours des gens qui poussent le vote utile au pre­mier tour (« votez pour le can­di­dat de l’un des deux par­tis majo­ri­taires, ne vous dis­per­sez pas »), je ne trouve pas com­plè­te­ment stu­pide le dis­cours qu’on entend par­fois pour le second tour : « votez pour le pire, que les gens com­prennent pen­dant 5 ans ce que ça veut dire, et ne refassent plus l’er­reur. »

Pour résu­mer, pour moi la ques­tion se place entre voter blanc et voter contre l’ex­trême droite.

24 thoughts on “Second tour : un choix délicat”

  1. Juste un petit cou­cou pour dire que sans même me concer­ter, je pense comme toi et pleins d’autres per­sonnes aus­si.
    Mon vote est pour l’ins­tant verouillé sur « blanc », j’at­tends la fin des débats pour éven­tuel­le­ment confir­mer ou voter contre la droite extrême. Je pense que Bay­rou est dans la même hési­ta­tion. Effec­ti­ve­ment, l’in­té­rêt de voter blanc est jus­te­ment de se dire, si sar­ko passe, et bien ça va empi­rer et donc dans 5 ans voire avant, l’er­reur ne devrait pas se repro­duire.

  2. Oui un choix déli­cat.

    je te cite « Aus­si, j’ai la sen­sa­tion d’être aujourd’­hui devant un choix assez simi­laire à celui de 2002 » oui à la dif­fé­rence près que le très-à-droite par favo­ri.

    J’ai moi aus­si vite écar­té le vote sar­ko « don­neur de lecon pour la suite » par­ceque j’ai vrai­ment pas envie de vivre ces 5 années. Le vote blanc ça revient un peu à don­ner une 1/2 voie au favo­ri, il reste le vote pour le moins pire. Mais en même temps élire Ségo­lène Royal risque d’en­ta­cher un peu plus l’i­mage de la gauche qui n’est déjà pas au beau fixe depuis quelques années ce qui ne laisse rien pré­sa­ger de bon pour la suite… On en revient au vote sar­ko (mais non quand même pas, j’en veux pas moi) ou blanc, le ser­pent ce mort la queue… Oui le choix n’est vrai­ment pas évident. Si en 2002 le choix le moins pire était évident, il l’est beau­coup moins aujourd’­hui.

    Ségo et sar­ko sont dans un bateau. Il faut pous­ser sar­ko ? pous­ser ségo ? ou res­ter au loin à pro­fi­ter de la mer en atten­dant de voir qui tom­be­ra à l’eau ?

  3. D’une part, je suis assez éton­né que les deux can­di­dats arri­vés en tête du pre­mier tour soient les plus irres­pon­sables des « grands » can­di­dat. Aucun d’entre eux ne peux sérieu­se­ment avoir les moyens (finan­ciers et juri­diques) de réa­li­ser leurs pro­grammes, aus­si fourre-tout soient-ils …

    D’autre part, la pro­cé­dure de dési­gna­tion du pré­sident de la Répu­blique est vio­lente et débile. Mais plu­tôt que d’es­pé­rer un hypo­thé­tique vote plus inté­res­sant la pro­chaine fois (en outre, ce rai­son­ne­ment n’a-t-il jus­te­ment pas créé la pré­sente situa­tion ?), la ques­tion posée lors du vote c’est « qui vou­lez-vous comme Pré­sident de la Répu­blique ». Il ne s’a­git donc pas de voter contre quel­qu’un mais de choi­sir entre les deux der­niers can­di­dats, dont un sera for­cé­ment élu. Sachant qu’il y a des élec­tions légis­la­tives dans quelques semaines, après douze ans de Chi­rac, vous vou­lez vrai­ment vous taper cinq ans de Sar­ko­zy ?

  4. Incroyable ton billet ! La ques­tion ne se pose même pas pour moi. Voter blanc ou ne pas voter, c’est don­ner sa voix à Sar­ko. Et Ségo­lène a beau être très libé­rale et cen­triste, c’est quand même moins pire que le facho-ultra-libé­ral de ser­vice. Il ne faut pas oublier que la cou­leur poli­tique du pré­sident sera celle de l’as­sem­blée, et ce pen­dant les cinq ans à venir ! Je suis pour un chan­ge­ment pro­fond des ins­ti­tu­tions poli­tiques, mais en atten­dant il faut se col­ti­ner le sys­tème.

    d. – aba­sour­di

  5. Et au pas­sage, ne jamais jouer la poli­tique du pire : on peut aller très loin dans l’hor­reur avant que les choses changent !

    d.

  6. Beh oui,

    On se reveille là. Ca vous a plu la poli­tique de droite depuis 5 ans, vous avez aimé le CNE, le CPE, la baisse d’im­pots pour les plus riches, la pseu­do baisse du cho­mage, l’aug­men­ta­tion de la pré­ca­ri­té, etc, etc…vous en vou­lez encore ?
    Alors voter blanc ou Sar­ko…

    C’est quoi cette idée d’at­tendre 5 ans que la situa­tion empire pour qu’en­fin, la droite ne soit plus au pou­voir. La situa­tion n’est-elle pas déjà catas­tro­phique???

    La ques­tion, c’est de savoir qui de Sar­ko ou de Ségo sou­hai­tez vous comme pré­sident de la répu­blique??? C’est comme ça, les fran­çais l’ont déci­dé meme si on peut ne pas etre d’ac­cord avec ce choix.
    Je sais, le sys­teme de scru­tin est pour­ri mais c’est quand meme celui qui est en vigueur actuel­le­ment. Peut-etre qu’un des deux can­di­dats qui sou­haite réfor­mer les ins­ti­tu­tions chan­ge­ra ce mode de scru­tin, intro­dui­ra de la pro­por­tion­nelle pour équi­li­brer la répré­sen­ta­tion poli­tique à l’as­sem­blée??? Une chose est sure, ce n’est pas dans le pro­gramme de Sar­ko.

    Alors je me demande pour­quoi cer­tains ter­gi­versent encore, pour moi, y a pas d’hé­si­ta­tion, je vote­rai Ségo !

  7. Entre nous, sar­ko au « pou­voir » on en a un aper­çu avec son minis­tère de l’in­té­rieur, la droite au pou­voir, on voit déjà que c’est la loose totale. Et pour­tant Sar­ko est en tête des votes (31% !)
    Alors que croyez vous pour dans cinq ans si c’est lui qui passe ? Plus de pré­ca­ri­té, plus d’in­sé­cu­ri­té, plus de dif­fé­rences entre les plus pauvres et les plus riches, et les fran­çais refon­ce­ront tête bais­sée dedans, car belles pro­messes, beaux dis­cours, et sur­tout mani­pu­la­tions des médias. (c’est ce qui se passe là, pour­quoi ça chan­ge­rait ?)

    Vu les manifs contre le CPE, vu les émeutes dans les ban­lieues, vu les grosses conne­ries qu’a dites Sar­ko (« Je suis de ceux qui pensent que la France n’a pas à rou­gir de son his­toire. Elle n’a pas com­mis de géno­cide. Elle n’a pas inven­té la solu­tion finale. » mee­ting de nice),etc je pen­sais que les fran­çais ne se lais­se­raient pas ber­ner, mais faut croire que la mémoire des fran­çais a quelques fai­blesses.

    Je me suis posée la ques­tion du blanc ou de Ségo (jamais je me suis deman­dé si je votais Sar­ko…) fina­le­ment, si au départ je pen­sais blanc, je suis qua­si sûre de voter Ségo main­te­nant (en votant POUR per­sonne mais bien CONTRE la droite extrême)

  8. pour tous ceux qui votent Sego pour battre Sar­ko, faut atten­tion qu’elle ne prenne pas vos votes pour un vote PS. remarque, Ségo ratisse tel­le­ment large, que plein de gens doivent s’y retrou­ver (de l’ex­treme gauche au centre), elle est vrai­ment forte en gym !!!
    les ins­ti­tu­tions de la V° repu­blique sont ain­si faites, pour satis­faire toute cette coa­li­tion, on pour­ra crier « Vive les accords des états-majors des par­tis » pour les grandes réformes. le seul pré­sident socia­liste élu sous la V° par­lait déjà de la modi­fier, que de belles paroles.

  9. Je pense, bien au contraire que les fran­çais ne se laissent pas faire et s’ils ne sont pas contents ils changent de crè­me­rie. Ceci dit, Sego bouffe à tous les rate­liers. Que faire ????

  10. Les deux can­di­dats au second tour bouffent à tous les rate­liers. Je feuille­tais l’autre jour Têtu (un maga­zine homo), et fut éton­né de consta­ter que Sar­ko­zy avait par­ti­ci­pé à une soi­rée dans l’une des dis­co­thèques homos de la capi­tale, pour se mon­trer et dif­fu­ser ces idées.
    Le maga­zine indi­quait que toute la presse homo en avait par­lé, mais qu’au­cun média géné­ra­liste n’a­vait par­lé de cette soi­rée. Il semble que notre ami Sar­ko­zy ai envie de ral­lier à lui les élec­teurs homos sans « effrayer » ses amis conser­va­teurs…
    Et ce n’est qu’un exemple, il fonc­tionne beau­coup par mini évé­ne­ments redif­fu­sés dans des médias spé­ci­fiques…

    Bref, ces deux can­di­dats ont le même fonc­tion­ne­ment sur ce genre de ques­tions, dif­fi­cile donc de les dépar­ta­ger grâce à ça.

  11. En effet, Sar­ko n’est pas à une contra­dic­tion près. D’une part, il cherche à s’at­ti­rer l’e­lec­to­rat ouvrier en citant Jau­rès, d’autre part, il dénigre les consé­quences de mai 68 (qui abou­tit aux Accords de Gre­nelle et une hausse de 10% des salaires et 35% du SMIC)…
    Ce n’est qu’un exemple, la liste est longue.

    De toute façon, « bouf­fer à tous les rate­liers », c’est un peu le prin­cipe du second tour. Chaque can­di­dat cherche à récu­pe­rer les voix de ceux qui n’ont pas voté pour eux au pre­mier tour, c’est légi­time.

    Mais peu importe, je crois qu’i­ci, les gens sont à peu près convain­cus de ne pas voter Sar­ko. C’est juste entre Royal ou le vote blanc.

    Le pro­blème, c’est que le vote blanc n’est pas comp­ta­bi­li­sé dans les suf­frages expri­més. Autre­ment dit, vous votez mais votre voix ne compte pas.
    Petit exemple : un récent son­dage donne Sar­ko 52% Royal 47% et 11% n’ont pas d’in­ten­tions de votes. Si on prend en compte le vote blanc, cela fait NS : 46.3% SR:42.7% et vote blanc : 11%.
    La dif­fé­rence entre NS et SR est de 3.6%. Autre­ment dit, si seule­ment 3.7% (3.6+0.1 pour avoir la majo­ri­té) de ceux qui votent blanc, votent fina­le­ment pour Royal, Sar­ko n’est pas pré­sident.

    Inver­se­ment, si on ima­gine les can­di­dats a éga­li­té et que 3.6% des votants , votent blanc plu­tot que Royal, et bien Sar­ko est pré­sident avec 52% des voix.

    Tout cela pour mon­trer que le vote blanc ne sert à rien et que seule­ment une petite par­tie de l’é­lec­to­rat pour faire que Sar­ko ne passe pas. Voter blanc c’est voter pour Sar­ko. Alors faites comme vous vou­lez, mais pre­nez vos res­pon­sa­bi­li­tés car Sar­ko une fois élu, s’ap­puie­ra sur sa légi­ti­mi­té pour appli­quer son pro­gramme anti-social qu’il nous pro­met.

  12. Non mais quelque part, Sego a l’air de vou­loir se pen­cher sur le pro­blème des retraites et s’in­té­resse à la péni­bi­li­té du tra­vail que celà soit dans le pri­vé autant que dans le public. Celà peut paraître acces­soire mais c’est révé­la­teur et me ferai pen­cher net­te­ment en sa faveur. Elle semble, dans ce cas, avoir le sens de l’é­qui­té ?

  13. Ah oui, j’ai a‑do-ré !
    J’a­vais com­men­cé ça en début d’an­née, mais je n’ai pas pris le temps de le mettre à jour :
    http://jmtrivial.info/wiki/wakka.php?wiki=JournalDictature
    Ça résume une par­tie des inter­ven­tions de notre diri­geant…
    Il reste le volet inéga­li­taire au pos­sible (écra­ser les plus faibles), qui ajoute un peu à la galère ambiante…

  14. Excel­lente ini­tia­tive…
    Il est vrai que depuis, les muni­ci­pales sont pas­sées et le rythme a repris …

  15. Ça fait bizarre de relire ce billet et les com­men­taires deux ans après…
    On avait l’air catas­tro­phé dans nos com­men­taires mais en fait, c’est car­ré­ment ce qui se passe…

    … et 3 ans de sar­ko­zysme…

  16. Oui, et Elise un peu plus tôt n’a pas tord : je n’ai pas l’im­pres­sion que les gens vote­rons pour quel­qu’un d’autre dans 3 ans.

    Au pas­sage, je n’ar­rive plus à trou­ver le temps pour ali­men­ter le jour­nal de la dic­ta­ture cité un peu plus haut. Dom­mage, il s’en passe des « bonnes » quand même.

  17. J’ai repen­sé à ce billet en voyant dans les news que ça fait 4 ans qu’on bouffe du sar­ko… et plus ça va, pire c’est… Ça dépasse tout ce que j’a­vais pu ima­gi­ner.
    Même si l’é­chéance pro­chaine est proche, je suis pas vrai­ment ras­su­ré…

  18. Oui, j’y repense de temps en temps aus­si, mais l’at­ti­tude pas­sive, bor­née et égo­cen­trique de nos conci­toyens me dépasse. Ça donne envie de faire des gamins pour qu’ils se retrouvent dans cette merde, tiens !

  19. Un petit résu­mé par là http://www.fairelejour.org/spip.php?article1629

    Dis donc, tu fais dans l’hu­mour noir avec ta der­nière phrase, ou alors c’est une faute de frappe ? Moi, je dirai que ça donne envie de faire plein de gamins, toute une armée pour rehaus­ser le niveau de notre socié­té. Bon, ok, en disant ça, je suis un peu pré­ten­tieux, mais bon l’es­poir fait vivre, et tant que je vivrai j’au­rai de l’es­poir.

  20. Excellent le résu­mé des années sar­ko !

    Pour en reve­nir à la phrase sur les gamins, c’est vrai qu’elle est bizarre.
    Mais j’ai quand même des doutes (et décep­tions) vis-à-vis des d’jeunes, car d’a­près les son­dages (d’un coté heu­reu­se­ment, ce ne sont que des son­dages) y a quand même 20% des 18–24, prêt à voter pour la Marine et encore 14% pour Minus Ier… 10ans de télé réa­li­té ont fait de gros dégâts…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.