Machines à voter

Pour quelques jours en visite chez mes parents à Nantes, j’en ai pro­fi­té pour faire un petit tour à la Facul­té des Sciences de Nantes, l’u­ni­ver­si­té de ma jeu­nesse scien­ti­fique (si si, je suis un peu un vieux). Manque de chance, je suis tom­bé en pleine période de vacances, et beau­coup de gens que je sou­hai­tais voir n’é­taient pas là. J’ai tout de même réus­si à voir Chan­tal Engue­hard, une ensei­gnant-cher­cheur en infor­ma­tique avec qui j’a­vais tra­vaillé il y a quelques années au site inter­net du labo­ra­toire.

Depuis quelques temps, Chan­tal com­mu­nique avec suc­cès pour dénon­cer l’u­ti­li­sa­tion des machines à voter. Peut-être n’en avez-vous pas enten­du par­ler, mais cette élec­tion pré­si­den­tielle de 2007 ver­ra l’ap­pa­ri­tion mas­sive de ces machines à voter, qui risque d’être obli­ga­toire pour près de 2 mil­lions d’é­lec­teurs. L’i­dée est de sup­pri­mer le sup­port papier et d’au­to­ma­ti­ser le dépouille­ment, entre autres. Seule­ment voi­là, si cette idée est inté­res­sante, c’est un véri­table dan­ger : pour qui connaît un peu le fonc­tion­ne­ment des ordi­na­teurs, il est évident que cette solu­tion n’est pas fiable et apporte de nom­breux risques de fraude, n’as­su­rant aucune fia­bi­li­té et empê­chant par exemple la véri­fi­ca­tion a pos­te­rio­ri.

De nom­breux citoyens ont donc com­men­cé depuis près d’un an à aler­ter l’o­pi­nion publique, s’ap­puyant sur des publi­ca­tions scien­ti­fiques qui démontrent les risques de ces machines à voter… Je vous invite donc à visi­ter le site du col­lec­tif qui regroupe les éner­gies autour de cette ques­tion :

N’ou­bliez pas de signer la péti­tion!!!