AutonomiZation

autonomization

Il y a quelques temps à LinuxAr­verne, puis au forum social de mai à Billom, j’ai ren­con­tré un zapo­nais.

C’est un acteur moti­vé et un pro­mo­teur de l’au­to­no­mi­za­tion. Quand on entend ce mot, on pense tout de suite autar­cie, fer­me­ture au reste du monde, etc. Mais l’i­dée de l’au­to­no­mi­za­tion est loin de ce prin­cipe de fer­me­ture : au contraire, l’ob­jec­tif est d’ap­prendre à vivre en s’ap­puyant sur des tis­sus d’en­traide locaux, et se pose en alter­na­tive forte au capi­ta­lisme ambient. L’en­traide est le maître mot, l’ap­pren­tis­sage de com­pé­tences et l’é­change de savoir la clé de la réus­site.

Ain­si, ce zapo­nais est un acteur incon­tour­nable du Pla­card Méca­nique, une struc­ture-col­lec­tif auto­gé­ré qui explore les modes de pro­duc­tion d’éner­gie alter­na­tifs au pétrole et autres pro­duits des mul­ti­na­tio­nales. Constam­ment à la limite de la léga­li­té dans un pays qui freine au maxi­mum ce genre d’i­ni­tia­tives, ils tentent à leur manière de pro­po­ser un modèle alter­na­tif. Ils ont d’ailleurs choi­si de faire face direc­te­ment, et ont lan­cé une action de sou­tien à leur cause, que je vous invite à visi­ter.

Après ces quelques lignes, vous vous deman­dez sans doute ce qu’est un zapo­nais. Il s’a­git d’un habi­tant du Zapons, une Zone Auto­nome Per­ma­nente (en oppo­si­tion aux ZAT, tem­po­raires) qui offre un cadre de vie auto­gé­ré pour toute per­sonne moti­vée par l’é­change de savoir et l’au­to­no­mi­za­tion.

Ce pro­jet émerge depuis peu, mais je crois qu’il va fal­loir y gar­der un oeil : beau­coup des actions pas­sées de ce col­lec­tif sont inté­res­santes, comme cette tour­née de pro­mo­tion des alter­na­tives viables qui a eu lieu en 2006, et qui a été à l’o­ri­gine de nom­breuses col­la­bo­ra­tions et échanges de connais­sances.

One thought on “AutonomiZation”

  1. La ZAP n’est pas un lieu céleste, elle n’est pas une île d’u­to­pie per­due au-delà des mers, elle n’est pas non plus une énième com­mu­nau­té tota­li­taire où cha­cun vien­drait se réfu­gier. La ZAP c’est le maquis que vous vous êtes dit qu’un jour vous pren­driez. Si vous vou­lez déve­lop­per un monde qui nous res­semble sans lais­ser de prise au sys­tème qui nous écrase : ZAPPEZ ! Le Zapons est un pays libre ou vous pour­rez vivre libre­ment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.