Ville et mobilités durables

Ville et mobi­li­tés durables est le titre d’un sup­plé­ment du numé­ro 398 de La Recherche, un maga­zine de vul­ga­ri­sa­tion scien­ti­fique que j’ai eu le temps de par­cou­rir ce week-end (mer­ci Elise). Il est sous-titré Habi­ter et se dépla­cer à l’heure du chan­ge­ment cli­ma­tique, et ses articles sont tous plus inté­res­sants les un que les autres.

Conti­nuer la lec­ture de Ville et mobi­li­tés durables

Le 92e RI

J’ha­bite à Cler­mont-Fer­rand, près d’un gros bâti­ment un peu étrange, pas loin de la cité admi­nis­tra­tive. Pen­dant quelques temps à mon arri­vée je m’é­tais deman­dé ce que c’é­tait, jus­qu’à ce que j’ap­prenne qu’il s’a­gis­sait du 92e Régi­ment d’In­fan­te­rie, sur­nom­mé le gau­lois.

Jus­qu’i­ci je n’a­vais pas eu à en subir un quel­conque désa­gré­ment, excep­té les trains bon­dés de mili­taires à grande gueule lors des grands weeks-ends. Oh bien sûr, on assiste à leurs entrai­ne­ments moto­ri­sés dans les envi­rons de Cler­mont-Fer­rand, à leurs foo­tings mati­naux avec 30 kg sur le dos, à leurs virées noc­turnes en trou­peau dans les rues de la ville. Mais rien de bien méchant, pour peu qu’on accepte de cotoyer des machines à tuer en liber­té sous pré­texte qu’ils sont là pour nous défendre.

C’est donc plein d’une indif­fé­rence géné­rale un peu amu­sée que j’ai appris que ce week-end se derou­le­raient les Portes Ouvertes 92e Régi­ment d’In­fan­te­rie. J’au­rais mieux fait de ran­ger mon sou­rire naïf, car non contents d’a­voir inon­dé les murs de la cités par des affiches 4x3 et nos boites aux lettres de publi­ci­tés kaki beige et mar­ron à leur effi­gie, ils ont tapé fort : nous avons eu le droit tout le week-end à une ambiance sonore que j’a­vais espé­ré ne jamais entendre…

Ils ont pas­sé leurs portes ouvertes à tirer des raf­fales de mitraillettes, à faire explo­ser des trucs et se tirer des­sus. Bref, notre douce cité pré­ten­du­ment civi­li­sée a eu la joie d’as­sis­ter, l’o­reille broyée, à une démons­tra­tion de c’est nous qu’on est les plus forts et qu’on tire en l’air.

J’en­vie ma voi­sine qui ne met pas son sono­tone : elle a échap­pé à cette conne­rie.

J’ai réus­si à l’aide de mon player ogg à cap­tu­rer quelques unes de leurs per­for­mances. L’en­re­gis­tre­ment au for­mat ogg est ici