Fonds d’écrans

Cela fait main­te­nant pas mal d’an­nées que je fais mes propres fonds d’é­crans, his­toire d’a­gré­men­ter d’une touche per­son­nelle l’ap­pa­rence de mon bureau. J’a­vais déjà eu l’oc­ca­sion de par­ler ici de fonds d’é­crans dédiés à la dis­tri­bu­tion debian.

Je conti­nue natu­rel­le­ment d’en réa­li­ser, mais à un rythme moins sou­te­nu main­te­nant, en par­ti­cu­lier depuis que j’ai com­men­cé à uti­li­ser KDE 4. En effet, ce bureau pro­pose de poser sur le fond d’é­cran un grand nombre de petits outils, appe­lés plas­moïdes. On y retrouve hor­loges, porte-pho­tos, post-its, lec­teurs de flux rss, météo, etc. Ain­si, en ce moment, l’un de mes bureaux res­semble à ça :

bureau-small

Au début, je voyais ces plas­moïdes comme des gad­gets, mais à l’u­sage, ils sont vrai­ment pra­tiques. La consé­quence de cette uti­li­sa­tion, c’est que les fonds d’é­cran ne doivent plus être aus­si char­gés qu’a­vant. Ain­si, on cherche plus à mettre une tex­ture der­rière les plas­moïdes, sans infor­ma­tion sup­plé­men­taire. Il s’a­git d’une cer­taine manière de fuir l’as­pect froid et vide d’un fond uni.

J’ai donc com­men­cé à réa­li­ser des fonds d’é­cran pour ajou­ter un peu de tex­ture. En uti­li­sant ma tablette gra­phique, et en com­bi­nant plu­sieurs logi­ciels libres de qua­li­té, comme alche­my, mypaint, ou encore les incon­tour­nables gimp et inks­cape, on arrive rapi­de­ment et sans trop d’ef­fort à des choses comme ça :

fond d'écran 1
fond d'écran 2
fond d'écran 3

Pour l’ins­tant, la gal­le­rie n’en pro­pose que trois, mais peut-être d’autres arri­ve­ront par la suite.