Glo, the polyphonic whale

Glo, le cachalot polyphonique

C’est grâce à Simon the Mag­pie, un for­mi­dable bidouilleur ce cir­cuits élec­tro­niques pour faire du son, que j’ai décou­vert glo, the poly­pho­nic whale.

Simon the Mag­pie nous parle de glo.

Le petit appa­reil m’a tout de suite sem­blé for­mi­dable, par ses pos­si­bi­li­tés sonores. Quelques semaines plus tard, je met­tais les oreilles dedans, et l’u­ni­vers que je décou­vrais était à la hau­teur de mes intuitions…

S’il fal­lait décrire glo le cacha­lot, je dirais que c’est l’é­qui­valent audio d’un kaléi­do­scope : ce petit appa­reil cap­ture le son qui l’en­toure, puis le déforme, l’a­gré­mente, le démultiplie… 

Sui­vant les modes que l’on choi­si (il y en a 12 de dis­po­nibles, qui sont d’ailleurs très confi­gu­rables), on se retrouve à explo­rer un uni­vers dif­fé­rent, qui exploite la réver­bé­ra­tion, la répé­ti­tion, l’am­pli­fi­ca­tion d’har­mo­niques, l’a­jout de mélo­dies, de tex­tures sonores toutes plus réus­sies les unes que les autres.

L’au­di­teur est loin d’être pas­sif, et glo est qua­si­ment un ins­tru­ment, car le petit boî­tier modi­fie les sons pro­duits sui­vant l’in­cli­nai­son de l’ap­pa­reil (à gauche, à droite, devant, der­rière), et sui­vant les sons qu’on lui pro­pose : ambiances natu­relles, grat­te­ments sur le boî­tier, paroles, chan­sons, … On peut éga­le­ment acti­ver les basses fré­quences alpha, beta, gam­ma ou the­ta, qui guident le cer­veau vers la médi­ta­tion, le repos, etc. 

Les pos­si­bi­li­tés sont gigan­tesques, telles que le démontrent les vidéos pro­po­sées sur la chaîne du col­lec­tif qui pro­duit ces petits appareils.

Conçus, fabri­qués et assem­blés en Irlande, les pro­duits de cette équipe sont conçus dans une démarche très ouverte. Sur le site de leur syn­thé­ti­seur gecho, on trouve plein d’in­for­ma­tions, de docu­men­ta­tion pour prendre en main leurs outils, les modi­fier, les assem­bler, les pro­gram­mer. On peut ain­si voir tous les élé­ments qui sont assem­bés dans glo, comme le sam­pler gra­nu­laire, dont les tex­tures pro­duites sont par­ti­cu­liè­re­ment impressionnantes…

Pour finir cette décou­verte, je vous pro­pose d’é­cou­ter quelques expé­ri­men­ta­tions sonores très simples, réa­li­sées avec glo le cacha­lot. Dif­fi­cile de per­ce­voir en les écou­tant le plai­sir que l’on a quand on inter­agit avec le dis­po­si­tif, car chaque son pro­duit, chaque geste que l’on fait est trans­for­mé dans l’u­ni­vers de glo… Mais avec ces quelques sons, aux cou­leurs très dif­fé­rentes, vous pour­rez per­ce­voir com­bien les uni­vers pos­sibles sont variés avec ce for­mi­dable petit objet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.