Petite promenade à l’ouest

Il y a peu, j’ai pro­fi­té d’une série de situa­tions favo­rables et cohé­rentes pour aller me pro­me­ner à l’ouest du Puy de Dôme.

Tout a com­men­cé par la venue de ma sœur et de notre mère à Cler­mont-Fer­rand. Nous avons pas­sé quelques jours très sym­pa­thiques, à nous pro­me­ner, dis­cu­ter, cui­si­ner, échan­ger, et par­ta­ger quelques bons moments avec ma fille et sa famille. Nous en avons notam­ment pro­fi­té pour visi­ter l’ex­po­si­tion consa­crée à Biben­dum, le per­son­nage publi­ci­taire de Miche­lin, qui était visible au musée Roger Quillot. Vrai­ment très inté­res­sant.
bibendum

Puis nous avons fait la route pour Nantes en voi­ture. Entre les visites de la famille et les amis, je n’ai pas eu le temps de m’en­nuyer. J’ai ain­si revu l’un de mes cama­rades de maî­trise de mathé­ma­tiques, avec qui nous avons dis­cu­té d’algèbre de Clif­ford, qui l’in­té­resse d’un point de vue mathé­ma­tique, et qui est un outil de plus en plus popu­laire dans mon domaine de mani­pu­la­tion de sur­faces en infor­ma­tique. Je suis aus­si pas­sé à Linux Nantes, pour un repas entre geeks, très sym­pa (nous étions bien 30).
Mon père m’a offert l’une de ses pre­mières réa­li­sa­tions de sculp­ture par détour­ne­ment d’ob­jet : un porte-filtre construit avec deux cintres métal­liques, en forme de papillon. Superbe ! J’es­père qu’il conti­nue­ra sur cette piste, c’est vrai­ment chouette.
porte filtre

J’ai pro­fi­té de ces quelques jours proches de la Bre­tagne pour faire une virée rapide à Rennes, où Raphaël et Claire m’ont eme­né à l’é­ven­tail, un petit res­tau­rant bio, à l’am­biance très agréable, à la soupe excel­lente, et au jus de fruits déli­cieux.
Bouffe bio

Puis, après une fête de famille à Mou­lins (Deux-Sèvres), où nous avons pas­sé une jour­née très agréable, j’ai pas­sé quelques jours chez ma sœur à Che­mil­lé. Entre quelques moments de bou­lot, nous avons pas­sé nos soi­rées à jouer au clan du néon, étei­gnant ain­si avec mon beau-frère près de 11 enseignes. Une réus­site !
Nous sommes aus­si allé visi­ter le toit de l’An­jou, qui s’il n’est pas aus­si haut que le puy de Dôme, offre tout de même une belle vue :
toit de l'Anjou

Enfin, j’ai pro­fi­té de la qua­li­té des recherches d’i­ti­né­raires pro­po­sés par le site inter­net de la Bahn (l’é­qui­valent alle­mand de la SNCF) pour trou­ver un train de Che­mil­lé à Futu­ro­scope, alors même que le site de la SNCF conci­dé­rait ça comme impos­sible. J’ai ain­si devan­cé Éme­line de quelques semaines dans cette gare de Che­mil­lé.

Enfin, j’ai pas­sé une jour­née au SIC, avec mon direc­teur de thèse, pour une réunion du groupe de tra­vail Algèbre de Clif­ford du prides. Puis nous sommes ren­trés par la route en Auvergne.