Restriction des éclairages nocturnes

Il y a bien bien long­temps, je par­lais ici du clan du néon, pro­jet de com­por­te­ment civique, vu par cer­tains comme du van­da­lisme, et par beau­coup comme un acte mili­tant de bon sens. L’i­dée était bien sûr d’é­teindre tous les néons qui pol­luent inuti­le­ment la ville la nuit.

Mais bien peu sont ceux qui cri­tiquent de la même manière les éclai­rages publiques qui illu­minent les monu­ments de nos centres his­to­riques. Bien sûr, ça met en valeur le patri­moine, c’est beau, ça brille à l’œil, et on y voit une foul­ti­tude de bons côtés. Mais j’a­voue que pour moi, c’est aus­si syno­nyme avant tout d’un énorme gas­pillage d’éner­gie, et d’une gigan­tesque pol­lu­tion lumi­neuse qui empêche d’ap­pré­cier la nuit.

Et bien joie dans les chau­mières, dan­sons la capu­cine, sau­tillons gaie­ment, car enfin une loi va un peu res­treindre ce délire éner­gi­vore et nom­bri­liste : à par­tir du pre­mier juillet, la France va impo­ser par un arrê­té la res­tric­tion de l’é­clai­rage des vitrines, bureaux et monu­ments à par­tir de une heure du matin. Ce n’est qu’un petit pas vous me direz, mais au moins il va dans le bon sens.